Je pars bientôt pour prendre ma retraite. Qu’advient-il de ma santé complémentaire?

La transition de l’activité professionnelle à la retraite est une période de préparation. Pour en tirer le meilleur parti, pratiquez une activité physique régulière, adoptez une alimentation équilibrée et pensez à faire un bilan de santé régulier et à mettre à jour votre carnet de vaccination. Pour garder votre santé complémentaire, si vous avez une mutuelle individuelle, aucune formalité particulière. Si, comme beaucoup d’employés, vous avez une mutuelle d’entreprise, il est possible que votre employeur finance actuellement une partie de la cotisation de votre mutuelle. Lorsque vous prendrez votre retraite, vous devrez payer toutes les contributions vous-même. Par exemple, si, pendant votre vie professionnelle, votre employeur a payé 80 euros par mois de votre mutuelle et vous-même 60 euros, vous devez maintenant payer l'intégralité des frais, 140 euros, qui peuvent être augmentés dans la limite de 50%. Pour en bénéficier, il est nécessaire d’en faire la demande au plus tard 6 mois après la fin de votre contrat de travail. C’est également un bon moment pour revoir votre couverture santé, en fonction de votre budget, de vos antécédents médicaux et de vos besoins actuels. N'oubliez pas de vérifier les montants des remboursements liés aux frais d'hospitalisation (chambre privée, forfait journalier …), aux séjours en convalescence, à la rééducation et aux dépassements de délai du nombre de médecins. honoraires. En outre, soyez très vigilant sur les remboursements très peu payés par la Sécurité sociale tels que les prothèses dentaires, les dépenses d'optique ou les appareils auditifs. Vérifiez également les soins comme l'arrêt du tabac, les conseils diététiques, l'ostéopathie, la pédicure ou d'autres médecines douces. Enfin, les services d'assistance tels que l'aide à domicile après une hospitalisation peuvent constituer un confort supplémentaire très important. La bonne santé complémentaire est celle qui vous permettra de bénéficier de remboursements ciblés en fonction de vos besoins en soins préventifs et curatifs. Sachez que certains assureurs n'acceptent plus de nouveaux membres au-delà de 80 ans. Le choix que vous faites maintenant doit donc être considéré à long terme.18
Comment construire une retraite complémentaire ?
Assurance scolaire : et si votre enfant était déjà assuré ?

Plan du site