Assurance habitation : les garanties catastrophes naturelles et évènements climatiques expliquées

Assurance habitation

L’assurance habitation permet de couvrir ses souscripteurs en cas de cambriolage, de catastrophes naturelles, d’évènements climatiques. Même si les situations pendant lesquelles vous êtes indemnisé sont plus nombreuses que celles déjà évoquées, nous allons nous intéresser dans cet article aux deux dernières et vous expliquer les garanties dont vous bénéficiez.

Les garanties événements climatiques : que couvrent-elles ?

Si les courtiers et experts en assurance insistent sur l’importance de bien choisir son assurance habitation, c’est parce qu’elle est essentielle pour protéger votre bien immobilier et vos effets personnels, notamment en cas d’événements climatiques. De manière générale, ces accidents sont pris en charge par tous les assureurs en France. Vous pouvez en bénéficier dans le cadre de votre contrat multirisque, que vous possédez un appartement ou une maison. Parmi les incidents climatiques fréquents, on peut citer : la tempête.

En souscrivant aux garanties liées à l’habitation, vous serez systématiquement couvert en cas de tempête. Mais cette garantie n’est pas fournie de façon indépendante. Elle appartient à un pack complet incluant les risques divers dont les incendies. En d’autres termes, toutes les dommages causés par une catastrophe naturelle sont pris en charge.

Cependant, à moins d’avoir inclus une garantie complémentaire dommage électrique, cette situation n’entre pas dans votre contrat, à une exception près : lorsque votre logement est foudroyé. Les répercussions sur votre circuit électrique entrent dans la catégorie des tempêtes et des événements climatiques.

La prise en charge des incidents dus au dérèglement climatique

Avec le réchauffement climatique qui ne cesse de s’amplifier au fil des années, les catastrophes naturelles sont devenues plus nombreuses à savoir les inondations, les tempêtes et les tornades. Ces phénomènes surviennent de manière inattendue malgré le développement des outils météorologiques et la précision supposée de leurs prévisions.

Hormis les mesures de protection mises en place à la suite des inondations, les garanties liées au dérèglement climatique sont quasi-absentes. Et pour cause : les assurances ont du mal à suivre la croissance continue de l’urbanisation. En effet, les bâtiments qui s’érigent sur une surface de plus en plus grande limitent l’absorption du sol de la quantité d’eau issue des tempêtes. Les assurances remboursent les dommages liés aux catastrophes naturelles lorsqu’un décret stipule l’état de catastrophe naturelle dans votre commune. Pour en savoir plus, rendez-vous sur :lolivier.fr

Les conditions de la garantie tempête

Il est important de savoir que tous les événements climatiques pluviaux ne sont pas qualifiés de tempêtes. Des critères spécifiques ont été mis en place afin de permettre aux assurés de faire valoir leurs droits tout en garantissant un bon niveau de rentabilité aux les assurances. Les compagnies considèrent qu’il s’agit d’une tempête lorsqu’elles concluent que le vent est responsable des dommages subis par une construction. Celle-ci doit également être en bon état, implantée dans la même commune des biens sinistrés. L’emplacement est toutefois élargi incluant les communes voisines.

Autrement dit, si aucun logement du périmètre défini n’a été touché par l’incident auquel vous devez faire face, l’assureur ne prend pas en charge les réparations. De plus, de petites tornades survenant de manière occasionnelle ont tendance à se former très vite et finissent par se calmer au bout d’un kilomètre. Si les assurances sont aussi strictes pour considérer un événement climatique comme étant sujet à une couverture optimale, c’est parce que les tempêtes qui touchent une seule maison sont plutôt rares.

Le seul moyen de bénéficier d’indemnités, c’est d’apporter des preuves concrètes des dommages subis par des maison dans le rayon prédéfini par le Code des assurances. Dans certains cas, les assureurs font appel à la station météorologique nationale pour montrer que les conditions d’éligibilité à une garantie catastrophe naturelle sont remplies. Un certificat est alors livré attestant, par exemple, que la vitesse du vent dépassait les 100km par heure.

L’assurance catastrophe naturelle

Il s’agit d’une assurance offrant des indemnisations pour les assurés dont le logement a subi des dégâts notables à la suite d’une catastrophe naturelle comme :

  • des inondations ;
  • la sécheresse ;
  • l’action des vagues ;
  • un glissement de terrain…

Les contrats d’assurance basiques ne tiennent pas compte de ces garanties. Autrement dit, la franchise accordée ne couvre pas ce type de dégâts. Cette couverture figure toutefois dans les contrats multirisques.

Par ailleurs, les compagnies d’assurance ne peuvent pas refuser cette garantie à leurs clients quelle que soient les conditions. Dans le cas échéant, n’hésitez pas à contacter le Bureau Central de Tarification et veillez à ne pas dépasser les 15 jours qui suivent la réception du document de refus. L’envoi d’une lettre recommandée avec accusé de réception est obligatoire pour avoir une traçabilité sur la procédure.


Assurance immobilière : comparez les offres
Assurance habitation : qu’est ce que la responsabilité civile ?